Procès des Mille vaches : Une issue incertaine

elevage vaches

9 militants de la Confédération paysanne seront devant la cour d’appel pour motif de destruction des infrastructures de l’exploitation laitière. Le tribunal d’Amiens s’attend à recevoir plusieurs centaines de personnes.

Ceux qui s’opposent aux fermes usines sont de nouveau attendus ce mercredi au tribunal d’Amiens. 9 militants de la Confédération sont jugés en appel, car ils sont accusés d’avoir détruit les installations de la ferme des Mille vaches (à Drucat Le Plessiel) au mois de septembre 2013 et au mois de mai 2014.

Quelque temps avant l’audience, les militants de la Confédération Paysanne, l’association des riverains Novissen ainsi que les représentants du Parti communiste se donneront rendez-vous devant le palais de justice afin d’exprimer leur soutien aux 9 accusés. Le nombre de manifestants pourrait s’élever à plusieurs centaines. Ces derniers vont rester devant le tribunal jusqu’à ce que l’audience se termine. L’objectif est notamment d’obtenir une relaxe.

Michel Welter, directeur de la ferme laitière, a affirmé récemment que son exploitation hébergeait environ 800 bovins, alors qu’elle n’était autorisée à abriter que 500. La préfecture d’Amiens a remarqué cette infraction lorsqu’il a réalisé un contrôle imprévu le 9 juin. L’exploitation disposait alors d’une semaine pour donner les raisons de cet accroissement du nombre de bovins au risque d’être mis en demeure par les autorités. Cela visait à faire repartir les 300 bovins en plus.

L’un des avocats des accusés a expliqué qu’il s’agit d’une situation complexe vu que les prévenus ont été convoqués pour réparation d’une éventuelle infraction alors qu’on remarque que la loi est totalement bafouée.

Pendant le premier procès qui s’est déroulé en octobre 2014, le juge avait annoncé une peine très lourde pour Laurent Pinatel (porte-parole du syndicat agricole). Il a écopé de 5 mois de prison avec sursis et une amende de 300 euros. 4 autres personnes ont été accusées pour dégradations et une autre pour vol. Elles ont toutes été condamnées à plus de 2 mois de prison avec sursis. Les 3 autres militants ont simplement écopé d’une amende de 300 euros pour refus de prélèvement d’ADN.

Pour ce procès, le jugement peut très bien être mis en délibéré. Toutefois, la cour d’appel a aussi la possibilité de rendre son jugement lors de l’audience, comme c’était le cas pour le premier procès.

Leave a comment