Faire bâtir en Bretagne

Longtemps seule l’Ile de France et ses départements disposaient d’une offre conséquente en matière d’emploi. C’est ainsi que les Hauts-de-Seine, en particulier, se sont retrouvés au fil des décennies envahies par les entreprises. Celles-ci investissaient dans l’immobilier pour ne pas devoir payer des loyers commerciaux trop importants, ce qui constituait par ailleurs une des meilleures façons de devoir avoir moins d’impôts à régler à l’État. Aujourd’hui la décentralisation, voulue à l’origine par les pouvoirs politiques, concerne plus que jamais les diverses régions françaises, et en particulier la Bretagne et ses grandes villes comme Rennes ou Brest.

Besoin de locaux commerciaux en Bretagne

Les entrepreneurs bretons, parfois obligés de quitter leur environnement d’origine, devaient donc comme de nombreux autres se rapprocher des centres névralgiques de l’économie, autour de Paris. Les salariés, eux, perdaient localement leur emploi, quand celui-ci n’était pas tout simplement délocalisé, et le taux du chômage enflait dans l’ouest de l’Hexagone. Désormais la dynamique semble s’inverser. Certes les zones d’influence les plus importantes restent basés dans des communes franciliennes, pourtant des succès typiquement bretons se font désormais remarquer, à l’instar de l’empire Bolloré. Cela entraîne des besoins cruciaux en matière d’immobilier.

Besoin de se loger dans des métropoles dynamiques

L’une des villes les plus dynamiques de la Haute-Bretagne reste Rennes, en tant que ville mais aussi en tant qu’agglomération. Au fil des années, si l’immobilier a connu la même crise dans l’économie rennaise que partout ailleurs en France, les entreprises de construction de logements de Rennes ont aujourd’hui des carnets pleins de commandes. L’offre culturelle, tout comme la tradition universitaire rennaises et le développement de la formation professionnel attirent toujours de jeunes, voire des couples avec des enfants en bas âge, qui cherchent non seulement à fuir l’envolée des prix parisiens, mais aussi le bien-être et le savoir-vivre de régions plus excentrées. Ceux-ci sont prêts à investir dans des logements à bâtir comme dans des logements plus anciens, à condition bien entendu que ceux-ci soient rénovés en bonne et due forme.

Leave a comment